Auteur Sujet: [Climate] THC  (Lu 4338 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Djezz

  • Messages: 1646
  • Boinc'eur devant l'éternel
  • *****
[Climate] THC
« le: 04 juillet 2004 à 13:14 »
Traduction du site officiel Climateprediction.
Réalisée par Djezz.

Nouvelle donnée dans les expériences, la circulation thermohaline est en fait la circulation des courants océaniques.

La circulation des océans est responsable d'environ 50% du transport de l'énergie des tropiques aux poles.
Comme dans l'atmosphère, la circulation est conduite par le réchauffement des eaux de surface dans les tropiques, et par son refroidissement aux poles.
Les courants froids de surface voyagent vers l'équateur alors que les courants chauds de surface voyagent vers les poles. Le modèle complet et à grande échelle de circulation de l'océan s'appelle la circulation thermohaline (Thermohaline circulation / THC), parce qu'il est produit par les différences de température et de concentration en sel.
Quand l'eau s'évapore ou gèle, elle abandonne son sel, rendant l'eau restante plus saline et donc plus dense.
L'eau profonde de l'Atlantique Nord, par exemple, est constituée par l'eau de la mer du Groenland, qui est très froide et très salée, qui coule donc et s'écarte vers l'équateur.



Ceci montre que la structure tridimensionnelle de l'océan est très compliquée, et, jusqu'ici, relativement peu d'éléments sont connus à son sujet.
L'image ci-dessous montre une vue fortement simplifiée de la façon dont les océans du monde circulent. Cela prendrait à n'importe quelle molécule d'eau environ mille ans pour accomplir un circuit complet !


Source : http://www.CLIVAR.org
La partie rouge représente le transport de l'eau chaude dans une profondeur de 1000m environ, et la partie bleue le transport de l'eau froide au-dessous du thermocline.

L'océan a une plus grande capacité que l'atmosphère pour stocker la chaleur, ce qui signifie qu'il réagit plus lentement que l'atmosphère aux changements de l'équilibre entre rayonnements sortants et entrants.
Ceci signifie que les températures des océans changent plus lentement que celles de l'atmosphére, que cela soit sur une échelle de temps journalière, saisonnière ou climatique.